Take away shows What's New Live One 2 one Music videos Pocket parties Docs

news

Maësharn ! Maësharn ! Maësharn !

La scène a quelque chose d’un duel à mort. On en convient. On se jauge du regard. Your guess is as good as mine. On joue d’égal à égal. C’est un défi. Une question de pouvoir, de possession, de transgression aussi. On les sent tous les deux droits mais fébriles. Surtout lui. Il se découvre. Il défaillit. Il parle beaucoup trop. Il ressemble à ces bavards impénitents qui posent des mots comme on pose des pièges sur une réalité labile et fugace. Pas impossible que ce soit lui d’ailleurs qui réapparaisse dans « Hawksmoor and the savage ». Il chasse. Il consigne les faits, en dresse l’inventaire, réunit les éléments d'une preuve : le poids d’une tête, le bruit qui vient de la rue, le goût d’une langue. Ailleurs, sur « Bridges », ce sera une main posée sur le sexe d'une femme. Reste à savoir qui est le prédateur, et qui est la proie dans ce jeu de dupe. Si le monde existe ou s'il s'agit de le faire advenir. Maëshaern. Maësharn. Maësharn.

Le Arte Concert Festival en détail

By La Blogo — Paris

Le Arte Concert Festival, c'est ce weekend !